185075 visites

Les conditions de vie de nos filleules Fonctionnement des dons Histoire Familles à parrainer Galerie Photos Nous contacter
Abonnement Newsletter semestrielle

Toutes les newsletters :
Nouvelle adresse

Posté le 16/12/13 6:06pm

Nous avons déménagé au 30 Arjunan street 1st floor, Kennady garden, Lawspet Puducherry 605008 (près de Ginger hôtel)
Tél: (0091) 413 2234366


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 Suivante >

Nombre total de news : 13

Quelques Données

Le dernier recensement de 2001 montre qu’il y a 927 filles pour 1000 garçons chez les enfants de moins de 6 ans.
35 000 000 de femmes seraient manquantes en Inde dû à l’élimination des fœtus féminin mais aussi lié à la négligence dont sont victimes les petites filles par rapport à leur frère. Ces comportements manifestent une préférence pour l’enfant masculin. Les causes sont religieuses, dans l’hindouisme, c’est le fils qui devra accomplir certains rites majeurs lors des cérémonies funéraires de ses parents.
Les filles sont destinées à se marier, puis à partir travailler dans et pour la belle-famille.
A cela s’ajoute la pratique croissante de la dot (pourtant illégale depuis 1961), liée au développement du consumérisme dans une Inde en pleine libération économique, ce qui renforce encore la perception des filles comme fardeau économique pour la famille. La dot est aujourd’hui considérée comme la cause principale de la violence contre les femmes.
Les meurtres de femmes liés à la dot ont augmenté de 12 % en 2006, des meurtres que dénoncent les associations féministes du pays depuis les années 1970. Notons que la loi votée en 2006 afin de protéger les femmes de la violence domestique (et donc des crimes liés à la dot) est entrée en vigueur, en octobre 2007.

Ce sombre tableau est à nuancer en fonction de plusieurs facteurs. Il y a de grands contrastes régionaux par exemple au Kerala les indicateurs de la condition des femmes sont proches de ceux des pays développés.
Le statut varie en fonction des catégories socio-économiques : les femmes appartenant aux Scheduled Castes (castes répertoriée ou dalit- ex intouchales) cumulent les discriminations et se retrouvent au bas de l’échelle.
Certains domaines de la vie sociale sont au contraire caractérisés par l’importance de la place faite aux femmes. C’est le cas de la vie politique : Le parti du congrès se montre dès ses origines favorable à l’émancipation des femmes. Mais la mise en œuvre très partielle de ces mesures favorables aux femmes, du fait notamment du rôle négatif de la police et de la justice, contribue à maintenir un fort décalage entre le progressisme affiché par l’Etat et la victimisation persistante des femmes.
La National commission for women dénonce le harcèlement subi dans les postes de polices et affirment que 5 % des plaintes qu'elle reçoit concernent des agressions policières.


Nous vous invitons à lire cette étude...

Le Système des Castes


L'utilisation du mot caste est probablement dérivé du mot portugais casta "non mélangé". Une classification socioprofessionnelle existait déjà chez les premiers peuples qui habitaient la vallée de l'hindus avant l'arrivée des indo-européens à peau claire. Ceux ci à leur arrivée instaurèrent une séparation vis à vis des populations indigènes, dravidiens à la peau foncée.
Cette ségrégation basée sur l'appartenance ethnique a évolué vers une classification fondée sur des critères religieux et professionnels.
Elle se structure autour de 4 varnas –les varnas sont issues du corps de Dieu- :


- les brahmanes, dépositaires du savoir religieux, de son enseignement et de ses rites,
- les kshatriyaa ont le devoir de protéger la terre, sont guerriers ou princes,
- les vaishya, ont pour mission le commerce et l'agriculture,
- les shudra doivent servir les castes supérieures, sont paysans, artisans et serviteurs.


Les intouchables, nés de la terre, sont rejetés hors des 4 varnas, leur activité étant jugée impure, les gens de caste plus élevée ne peuvent les toucher sans en être souillés…
La particularité de ce système est d'être fondé sur une idéologie du pur et de l'impur. La pureté des uns se maintenant grâce à l'exécution des tâches jugées les plus impures par ceux qui se retrouvent de ce fait même rejetés au plus bas de l'échelle sociale: les intouchables.

Les Intouchables

Beaucoup de nos filleules appartiennent aux Scheduled Castes (dalits, harijans ou intouchables).
Dans le système des castes de l'Inde, un intouchable, dalit, ou achuta est une personne qui n'est pas classée dans les quatre castes et considérée comme inférieure aux personnes de ces castes. Les intouchables pratiquent traditionnellement des métiers liés à la notion d'impureté, comme ceux qui touchent à la mort ou aux productions du corps - excréments, mais aussi cheveux coupés, larmes, sueur, etc. - comme les balayeurs, les barbiers, les croque-morts, les cordonniers, les blanchisseurs, mais aussi les pêcheurs.

On considère qu'ils forment les 25% de la population indienne, environ 160 millions de personnes.
En savoir plus sur wikipédia...